Video Installation

 

Si le spectateur pénètre dans l’installation, il accepte son désir de découvrir l’

étrange. Contrairement à Penthée qui tourne en boucle, se demandant

incessamment s’il osera enfin entrer.

--------

Dionysos, incarne la notion de joie et de transcendance collective. On le

retrouve à l’origine du théâtre dans la célébration et donc dans la rencontre

d’autrui.

La joie s'apprécie dans l’exercice d’une activité nouvelle, nous aidant à nous

dépasser et à trouver dans notre quotidien une ascension par nous-mêmes.

Gilles Deleuze affirme : « effectuer quelque chose de sa puissance est toujours

bon (…) il n'y a pas de puissance mauvaise (…) la méchanceté, c'est

d'empêcher quelqu'un d'effectuer sa puissance »1 , la joie dionysiaque, vécue

pour nous même, sans contraindre l’autre dans sa propre célébration, est

créatrice de respect collectif et d’épanouissement personnel.

La joie semble être liée à la puissance par la conquête, le processus, l'acte et

non le résultat même.

Dans Les Bacchantes d’Eschyle, Dionysos convainc Penthée de le suivre dans

la montagne, celui-ci se défend du plaisir qu’il éprouve : il « voudrait s’indigner

du spectacle de leur ivresse ».

Penthée se déguise en femme, afin de pouvoir observer la scène sans être vu.

Penthée n’assume ni ses actes ni ses envies.

Le voyeurisme déguisé de l’autre cache son désir profond de se libérer de ses

propres inhibitions.

1.L'Abécédaire de Gilles Deleuze produit et réalisé par Pierre-André Boutang, 1988.